Conférences 2018
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.culturepsy.org/data/fr-articles.xml

SOIGNER LES ACOUPHENES GRÂCE au TROPISME

Il est maintenant possible de guérir l’acouphénie, le fléau qui touche plus de 10 millions de personnes en Europe ! Ce mal intéresse peu les professionnels de santé et encore moins les autorités, voilà pourquoi il a fallu attendre le développement d’une psychologie de pointe encore mal connue: La Psychologie Tropique, qui a pu se démarquer des enjeux du système médical et politique. Les laboratoires et les professeurs proposaient de faux remèdes bien faciles mais n’avaient qu’une action lucrative de surface. Les malheureux acouphéniques continuaient à souffrir, et à déprimer, par suite de l’incompréhension de leur environnement humain, qui, évidemment, n’entend pas les bruits, souvent assourdissants, que les malades perçoivent les poussant parfois au suicide. 

 Le stress est-il en interne à l’origine des acouphènes, « mirages sonores » et perception d’un bruit sans stimulation de l’appareil auditif ? 

 Les bourdonnement d’oreilles, bruits aigus, sifflements, grésillements ou tintements de cloches qu’entendent les malades, sont continus ou intermittents. Parfois la coupe déborde et la douleur devient obsessionnelle, on y pense tout le temps et cela devient un vrai handicap, difficile de lâcher-prise dans de telles conditions ! Or justement ce qui fait la différence est la résultante psychologique qui vient faire exploser les équilibres physiologiques. Le stress en particulier sonore est un phénomène sous-estimé en particulier dans les cités, c’est pourtant de loin la première source de stress. Elle nous épuise et contrairement à ce que pense certains, le corps ne s’y habitue pas, cela nous ronge sans que nous en ayons conscience ! Il faut peu alors pour déclencher les acouphènes. Un voisin qui tond la pelouse pour la énième fois ce mois-ci, la fâcheuse manie des mairies de vouloir tailler les haies de leur secteur de manière hebdomadaire, une moto qui tourne dans le quartier, une fête entre amis, un concert, etc. Le bruit est quasiment permanent, avec des pics qui prennent par surprise notre système nerveux orthosympathique et notre cerveau, et génèrent une angoisse permanente, une sur-adaptation néfaste. Et le système irrité devient de plus en plus défensif, l’oreille interne ne revient plus au repos, le psycho-tropisme ne se régule plus naturellement. L’agitation interne est permanente, et elle s’entend encore mieux le soir et dans les moments de silence ou de fatigue. 

 Quelle est alors le mécanisme physique de l’acouphène ? Comment arrêter cela ?

  Certaines déformations mécaniques apparaissent:

-angiomes  (agglomération de vaisseaux sanguins ou lymphatiques),

-hypoacousies de propagation, des mouvements browniens du liquide qui transmet les sons (périlymphe), 

-écho cochléaire

 Des déformations de la transmission nerveuse:

-courts circuits des neurinomes qui perturbent la transmission nette de l’information.

- l’activité au repos des fibres auditives primaires qui va s’entendre,

-perturbations des neurotransmetteurs: le filtrage de l’information est perturbé,

-le système réticulé du tronc cérébral qui gère mal l’activation des voix centrales et l’inhibition périphérique. 

 Ces déformations sont la résultante de traumatismes sonores du à des évènements ponctuels qui arrachent les cellules ciliées nécessaires à la captation et transformation des sons; ou bien elles sont dues à une accumulation de micro-traumatismes dus au bruit, qui à la longue font le même effet qu’un gros traumatisme. Cette sommation psychologique est maintenant bien repérée : les distorsions tropiques s’accumulent dans le temps. 

 Toutes les intoxications en particulier au plomb, mercure et oxyde de carbone (voitures) fragilisent particulièrement l’oreille. L’alcool, le tabac et le diabète rajoutent au stress physique et perturbent la respiration cellulaire et la circulation. 

 Certains auteurs comme le Dr Bernard MONTAIN voient aussi une cause dans la malocclusion dentaire (problème de rapports entre les arcades dentaires): la bouche est un carrefour fondamental pour l’être humain, l’articulation temporo-mandibulaire déséquilibrée entraine de nombreuses perturbations neuro-musculaires dans une zone proche de l’oreille, et un stress important dans tout l’organisme en réaction.

Inversement, nous avons remarqué que la production d’endorphines, les hormones du plaisir, soulage les acouphénies, et réajuste le niveau de tolérance du phénomène acouphénique qui était difficile à supporter. 

 Avant de vous faire limer les dents, passer des heures à essayer de recouvrir le problème par la méthode stérile des bruits blancs, et de passer entre toutes les mains de la ronde des médecins ou des apprentis sorciers et gourous en tout genre, pensez que les acou-phènes sont des phènes ! Eh oui ils appartiennent à une catégorie bien connue de la psychologie Tropique, le monde des impressions résiduelles, les phènes. C’est notre cerveau qui construit les phènes quelques soient les conditions extérieures et mécaniques. Les acou-phènes restent des phéne-omènes psychologiques et psycho-tropiques amplifiant l’expérience, c’est à dire liés à l’activité cérébrale: les parasites sonores n’atteignant pas les 6 décibels ce ne sont pas les vrais responsables de cette souffrance interne mais bien notre système perceptif et son incroyable tropisme ! 

 Nous nous assurons donc de rétablir les équilibres du corps et de l’esprit, entre l’extérieur et l’intérieur, entre la réalité et l’hallucinatoire, l’imaginaire, entre le réel et le virtuel, et de débloquer les tropismes en attente, résoudre les traumatismes qui viennent se loger dans cette zone essentielle de transmission de l’information. Et quelle merveille que de retrouver l’écoute sincère et la plénitude, après avoir tant cru perdre son calme et ses facultés adaptatives, sa capacité à réaliser le meilleur de soi. 

———————————————————————————-

En espérant pouvoir vous aider, merci de votre confiance, bien à vous,

Eric FAUCHER
Psychologue clinicien, Psychothérapeute, N°ADELI 699319745

Responsable du Centre de la Santé Psychique. www.culturepsy.org

 04 78 78 08 53 ou 06 99 01 95 53
Envoyez vos questions sur : contact@culturepsy.org


Précédent  
  Suivant

Contact